François André 2017

FrançoisAndré

Votre député

Accéder au contenu du site

Claudia Rouaux
  Suppléante

La proximité, L'expérience, Les progrès
Majorité présidentielle

Madame, Monsieur,

Le 7 mai, les Françaises et les Français ont élu Emmanuel Macron Président de la République.

Les 11 et 18 juin prochains, vous êtes appelés à désigner votre député pour les cinq années à venir.

L'enjeu est important : donner au Président de la République une majorité de progrès pour mettre en œuvre les engagements pris devant les Français :

  • Encourager le travail et construire un nouveau modèle de croissance, plus durable ;
  • Conforter notre protection sociale et rendre celle-ci plus efficace et équitable ;
  • Rénover notre vie démocratique afin de renouer la confiance entre les citoyens et leurs élus ;
  • Donner un nouvel élan à l'Europe afin qu'elle nous protège davantage face au reste du monde.

Pour cela, Emmanuel Macron et son Gouvernement auront besoin de députés loyaux, fidèles et expérimentés capables de se faire entendre et de relayer les aspirations des Français.

Député de votre circonscription depuis cinq ans, j'entends rester un député de proximité, accessible et investi sur les sujets qui me tiennent à cœur, comme l'agriculture, le soutien à l'activité économique ou encore la solidarité à l'égard de nos aînés ou des personnes en situation de handicap.

Avec Claudia Rouaux, conseillère régionale, qui a accepté d'être ma suppléante, nous serons à l'écoute des citoyens et des acteurs du territoire pour soutenir leurs projets.

François André
François André
Claudia Rouaux
Claudia Rouaux

Portraits

François André
François André

Agé de 49 ans, j’habite le quartier rennais de Villejean où j’ai grandi. Titulaire d'un CAP obtenu au lycée Bel Air de Tinténiac, j’ai ensuite poursuivi des études supérieures.

Professionnellement, je suis attaché d'administration au rectorat de Rennes, en détachement pour fonctions électives.

Impliqué dans la vie locale, je suis élu en 2001 sur la liste d'Edmond Hervé à Rennes, en qualité d'adjoint au maire chargé des sports. Réélu en 2008, Daniel Delaveau me confie la délégation aux finances. En tant que conseiller départemental depuis 2008, je suis en charge de la maison départementale des personnes handicapées.

Elu député de la 3eme circonscription d’Ille-et-Vilaine en 2012, j’ai siégé à l'Assemblée nationale comme membre de la commission de la défense, puis de celle des finances où j’ai notamment travaillé sur le budget de l’enseignement supérieur et la fiscalité agricole.

Attaché à promouvoir le lien entre l’armée et la nation, je suis Colonel de la réserve citoyenne de la défense depuis 2015.

Claudia Rouaux
Claudia Rouaux

Agée de 53 ans, je vis à Montfort-sur-Meu depuis 38 ans. Technicienne qualité dans la recherche, je suis aussi une militante de gauche. Elue au conseil municipal de Montfort depuis 1995 et conseillère régionale depuis 2010, j'ai des valeurs profondément humanistes. Je m'engage au quotidien pour la solidarité et la justice.

Attachée au pays de Brocéliande, j’y mène l'action régionale dans un esprit de rassemblement et de dialogue.

Je connais bien François André, c’est un homme d'écoute, de terrain, qui met ses compétences au service de la République et de nos concitoyens.

Respectant l'homme et son engagement, c'est tout naturellement que j'ai accepté d'être sa suppléante, avec comme objectif de construire ensemble une France dynamique et solidaire.

La circonscription

La 3e circonscription d’Ille-et-Vilaine est un territoire diversifié, à la fois urbain, périurbain et rural, qui compte environ 125 000 habitants. Elle correspond aux anciens cantons de Bécherel, Combourg, Montauban-de-Bretagne, Montfort-sur-Meu, Rennes Nord-Ouest, Saint-Méen-le-Grand et Tinténiac.

Le territoire est composé de plusieurs bassins de vie dynamiques, malgré des espaces plus fragiles. Il compte de nombreux atouts tels que des fleurons industriels, un tissu dense de petites et moyennes entreprises, un secteur agricole et agroalimentaire important, ainsi qu’un potentiel de développement touristique.

Elus de terrain, nous avons à cœur d’être à l’écoute de la population et des forces vives qui font la richesse du territoire. Avec pragmatisme, nous voulons contribuer au développement équilibré et harmonieux de la 3e circonscription d’Ille-et-Vilaine et porter ainsi ses intérêts. 

Les 61 communes de la circonscription :
Bécherel, Bédée, Bléruais, Boisgervilly, Bonnemain, Breteil, Cardroc, Clayes, Combourg, Cuguen, Gévezé, Iffendic, Irodouër, La Baussaine, La Chapelle-aux-Filtzméens, La Chapelle Chaussée, La Chapelle-du-Lou-du-Lac, La Chapelle-Thouarault, La Nouaye, Landujan, Lanhélin, Langan, Le Crouais, Les Iffs, Le Verger, Longaulnay, Lourmais, Médréac, Meillac, Miniac-sous-Bécherel, Montfort-sur-Meu, Montauban-de-Bretagne, Muël, Pacé, Parthenay-de-Bretagne, Pleugueneuc, Pleumeleuc, Plesder, Quédillac, Rennes (Villejean), Romillé, Saint-Brieuc-des-Iffs, Saint-Domineuc, Saint-Gonlay, Saint-Léger-des-Prés, Saint-Malon-sur-Mel, Saint-Maugan, Saint-Méen-le-Grand, Saint-M'Hervon, Saint-Onen-la-Chapelle, Saint-Pern, Saint-Pierre-de-Plesguen, Saint-Thual, Saint-Uniac, Talensac, Tinténiac, Trémeheuc, Tressé et Trimer. 

Nos propositions

Economie

L'économie
et le travail

« Pour une société du travail et le dynamisme économique »

Le travail est essentiel pour la dignité et l’épanouissement de chacun.
C’est aussi une source de lien social et un levier de promotion sociale.
Certes, les métiers d’aujourd’hui ne seront pas forcément les métiers de demain avec l’impact de l’innovation technologique et de la transformation numérique.
Mais des besoins nouveaux émergent. Il nous faudra donc s’adapter, former, libérer les initiatives comme renforcer les protections. C’est la clé de la confiance, essentielle pour gagner la bataille de l’emploi et inventer un nouveau modèle de croissance.

Revaloriser le travail

Augmenter le pouvoir d’achat en réduisant les cotisations salariales des salariés, des indépendants et des fonctionnaires. De plus, tous les personnes rémunérées au SMIC qui bénéficient de la prime d’activité toucheront l’équivalent d’un 13e mois de salaire. 

Etendre le droit à l’assurance chômage aux salariés qui démissionnent, sous conditions.

Combattre la précarité en créant un bonus-malus sur l’assurance chômage.
Les employeurs qui recourant aux contrats courts paieront plus de charges, tandis que ceux qui créent des emplois stables en paieront moins.

Encourager l’esprit d’entreprise

Réduire le coût du travail en remplaçant le CICE par une baisse des cotisations sociales employeurs de 6 points, et jusqu’à 10 points au niveau du SMIC. 

Rendre universel le droit à l’assurance chômage en l’étendant aux artisans, aux commerçants indépendants, aux entrepreneurs, aux professions libérales et aux agriculteurs.

Simplifier la vie des entrepreneurs en supprimant le Régime Social des Indépendants (RSI) et en doublant les plafonds pour pouvoir bénéficier du régime fiscal de la microentreprise. 

Education

L'éducation

« Pour une école de la réussite »

L’école de la République doit mener le combat contre les inégalités qui, trop souvent, se cristallisent dès le plus jeune âge.
Je crois à une école qui garantit l’égalité des chances, en permettant à chacun de se réaliser.
Je crois à une école qui favorise l’émancipation des jeunes, en éveillant des consciences libres.
Je crois à une école qui répare l’ascenseur social, en favorisant une insertion professionnelle rapide et réussie. Je crois enfin à une école qui est le ciment de la cohésion nationale, en cultivant le vivre ensemble autour de valeurs partagées.
Parce que l’éduction est l’avenir de notre jeunesse et du pays, c’est un chantier prioritaire, de l’école primaire à l’enseignement supérieur.

École

Donner la priorité à l’école primaire en faveur de la maîtrise des fondamentaux, pour que tous les élèves sachent lire, écrire et compter en arrivant en 6e. 

Diviser par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaires.

Poursuivre l’effort de création de postes supplémentaires d’enseignants, entre 4000 et 5000 postes en cinq ans.

Donner plus de liberté aux établissements dans l’élaboration de leur projet pédagogique, en contrepartie d’une responsabilisation accrue et d’une évaluation plus régulière : 

  • Pour les écoles primaires : laisser aux communes le soin d’organiser le temps périscolaire sans contrainte. 
  • Pour les collèges : rendre possible le rétablissement de parcours bilangues, de parcours européens et des options grec et latin ; laisser une part d’autonomie de recrutement dans les établissements d’éducation prioritaire.
  • Pour le lycée : réforme du baccalauréat en réduisant le nombre de matières obligatoires à l’examen final, les autres disciplines étant prises en compte en contrôle continu.

Enseignement supérieur

Renforcer l’autonomie des universités, dans le recrutement des enseignants et la définition des formations, et ouvrir 80 000 places dans les filières professionnalisantes.

Poursuivre la rénovation des universités et la construction de logements étudiants (60 000 pour les étudiants et 20 000 pour les jeunes actifs).

Formation

Former 1 million de jeunes sans qualification ni activité dans le cadre du grand plan d’investissement quinquennal.

Développer l'alternance et l'apprentissage pour lutter contre le chômage des jeunes :

  • Développer les filières en alternance dans tous les lycées professionnels.
  • Impliquer les branches professionnelles dans la définition des programmes et l'organisation des formations.
  • Simplifier les démarches pour les entreprises et les jeunes.
Protection sociale

La
protection
sociale

« Pour une France solidaire »

Notre modèle social est un précieux bien commun. Il doit être préservé mais aussi étendu, en particulier pour faire face à l'allongement de la durée de vie qui constitue à la fois un progrès et un défi. Vous pouvez compter sur moi pour continuer à porter avec force une société fondée sur la solidarité, notamment envers nos aînés et les personnes en situation de handicap.

Conforter notre système de santé

Créer des maisons de santé pluridisciplinaires pour lutter contre les déserts médicaux. 

Améliorer la prise en charge du coût des lunettes, des prothèses auditives et dentaires ainsi que des maladies chroniques, en lien avec les mutuelles et les professionnels de santé.

Renforcer la prévention en créant un service sanitaire : 40 000 étudiants de santé devront consacrer 3 mois à des actions de prévention et de dépistage dans les écoles et les entreprises. 

Développer la vente de médicaments à l’unité, pour limiter le gaspillage et éviter les dangers de l’automédication. 

Promouvoir le bien vieillir

Augmenter le minimum vieillesse de 100 euros par mois. 

Développer des maisons de répit pour accueillir les aînés dépendants et soulager les aidants. 

Soutenir les acteurs qui œuvrent dans le champ de la dépendance. 

Mieux accompagner les personnes en situation de handicap

Augmenter l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) de 100 € par mois. 

Créer des maisons de répit pour accueillir les personnes handicapées et soulager les aidants. 

Simplifier les démarches auprès des Maisons Départementales des Personnes Handicapées. 

Favoriser l’inclusion scolaire des enfants en situation de handicap.

Sécurité

La sécurité
et la défense

« Pour un Etat qui protège »

Protéger les citoyens face à l’insécurité et aux nouvelles menaces, en particulier le terrorisme, est un devoir et une exigence. Parce que la sécurité est la première de nos libertés, il est nécessaire de renforcer les moyens de l’Etat, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Renforcer la sécurité au quotidien

Recruter 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires en cinq ans (soit 7500 policiers et 2500 gendarmes), prioritairement affectés dans les zones prioritaires.  

Créer une police de la sécurité quotidienne, ayant vocation à prévenir la délinquance et à traiter les problèmes de proximité grâce une connaissance fine du terrain et de la population. 

Donner les moyens d’agir à notre défense nationale

Augmenter progressivement le budget de la défense à hauteur de 2% du PIB afin de renouveler les avions ravitailleurs, de moderniser les blindés de l’armée de terre, et la flotte de surface de la marine nationale.

Accélérer le développement de la cyberdéfense et de la cybersécurité, en confortant la région Bretagne comme pôle d’excellence. 

Renforcer le renseignement grâce à une meilleure coordination des acteurs et l’accroissement des moyens du contre-terrorisme :

  • Créer un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme. Rattaché au Président de la République, il associera les services et états-majors des minitères de l’Intérieur et de la Défense, avec la participation des ministères des transports, de la santé et de l’industrie.
  • Donner la priorité au renseignement dans la prochaine loi de programmation militaire.

Créer une force de 5000 garde-frontières européens pour surveiller et protéger les frontières extérieures de l’Union européenne.

Agriculture

L'agriculture

« L’agriculture, un atout pour la France »

L’agriculture, c’est bien sûr une part de notre histoire, de notre identité et de notre économie.
Mais c’est avant tout des hommes et des femmes dont le savoir-faire et la qualité des productions méritent d’être reconnus, tant ils sont engagés dans l’excellence sanitaire et environnementale. Pour vivre dignement de leur métier, les exploitants de toutes les filières agricoles doivent en retirer le juste prix.
Je crois non pas à un modèle agricole, mais à la coexistence d’une diversité de modèles : agriculture raisonnée, agriculture biologique, agriculture exportatrice et circuits courts…

Renforcer les mécanismes de régulation et de gestion des risques

Porter l’ambition d’une PAC plus verte et plus protectrice. La France doit proposer la création d’un système de garantie sur les prix ou le chiffre d’affaire pour mieux protéger les agriculteurs contre la volatilité des cours agricoles. Elle doit porter une réforme ambitieuse, avec des mécanismes de régulation des volumes en cas de crise et un meilleur accompagnement de la transition agroécologique.

Poursuivre l’adaptation de la fiscalité agricole face aux aléas environnementaux, climatiques ou économiques, en particulier à travers l’épargne de précaution.

Lutter contre le dumping fiscal et social à l’échelle européenne :

  • En soutenant la filière porcine pour obtenir une révision de la directive TVA sur les conditions d’application du forfait agricole. L’objectif consiste à faire en sorte que le forfait, régime dérogatoire, soit appliqué aux seules petites exploitations agricoles, en introduisant un plafond de chiffre d’affaires ou de production au-delà duquel le forfait ne sera plus applicable.
  • En luttant contre les abus liés au travail détaché (concurrence sociale déloyale) : la réglementation doit être redéfinie, notamment en limitant à un an la durée autorisée de séjour d’un travailleur détaché dans notre pays. 

Favoriser une meilleure répartition de la valeur et des prix justes

Renforcer le pouvoir des agriculteurs dans les négociations commerciales avec les transformateurs et les distributeurs, en développant de véritables organisations de producteurs avec des capacités de négociations renforcées. La France se battra pour faire évoluer dans ce sens le droit européen de la concurrence. 

Organiser un Grenelle de l’Alimentation avec les représentants des agriculteurs, les industries de transformation, de la distribution et des consommateurs, afin de définir un partage équilibré de la valeur.

Poursuivre la transition agro-écologique

L’agroécologie vise à moderniser l’agriculture française, à améliorer sa compétitivité économique en réduisant l’usage des intrants (engrais, produits phytosanitaires), à préserver les ressources naturelles (eau, énergie…) et à mieux prendre en compte les attentes des Français en matière d’alimentation.

Lancer un Plan de Transition Agricole pour soutenir les projets : 

  • de modernisation et de montée en gamme des exploitations,
  • d’adaptation aux normes environnementales et de bien-être animal.
  • de développement d’activités de transformation et de distribution qui privilégieront notamment les circuits courts. 

Rémunérer les services environnementaux rendus par les agriculteurs. 

Mener le combat contre les perturbateurs endocriniens et les pesticides dangereux afin de prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé. Ils sont l’une des principales causes de l’augmentation des cancers des enfants depuis 20 ans. 

Porter la part des produits bio, écologiques et issus de circuits courts à 50% dans la restauration collective d’ici à 2022. 

Soutenir le développement de la méthanisation agricole, source d’énergie verte et de création d’emplois. 

Simplifier la vie des agriculteurs

La simplification des normes - inutiles, redondantes... - est une nécessité. Oui à la simplification, mais sans baisser la garde sur l'exigence sanitaire et environnementale. C’est un gage d'excellence. 

Ne rajouter aucune norme nationale aux normes européennes. 

Mettre en place un guichet unique dématérialisé pour simplifier les démarches d’installation et de transmission des exploitations. 

Mettre en place un dispositif financier attractif pour l’accompagnement des jeunes. 

Environnement

L'environnement

« Pour une transition écologique »

La transition écologique est à la fois un défi, une nécessité et une opportunité pour développer un modèle de croissance verte. La France doit se donner les moyens de devenir un pays leader en la matière, notamment en soutenant la recherche. Je crois à une écologie réaliste et incitative permettant de réduire la facture énergétique, d’améliorer la santé de nos concitoyens, de préserver les ressources et des milieux naturels. Cette transition sera également source de créations d’emplois non délocalisables.

Poursuivre la rénovation énergétique

Rénover 1 million de logements mal isolés d’ici 2022, en priorité pour les propriétaires les plus modestes.

Transformer le crédit d’impôt pour la transition énergétique en prime, octroyée sans délai au moment des travaux.

Accélérer la transition énergétique

Réduire la part du nucléaire et augmenter la part des énergies renouvelables, conformément aux objectifs de la loi de transition énergétique soit 32% de la consommation d’électricité d’ici à 2030.

Fermer les centrales à charbon et la centrale nucléaire de Fessenheim, ne pas octroyer des permis d’exploitation d’hydrocarbures (notamment au large de la Guyane) ou pour des recherches de gaz de schiste.

Promouvoir une mobilité durable

Accompagner la conversion du parc automobile pour améliorer la qualité de l’air : création d’une prime de 1000 € pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant (modèle hybride, électrique ou non diesel) en remplacement d’un véhicule ancien.

Développer le réseau de bornes électriques de recharge rapide sur l’ensemble du réseau routier (EM / BH).

Aligner progressivement la fiscalité du diesel sur celle de l’essence (EM) – Sortie du diesel à l’horizon 2025 (BH).

Vie publique

La
moralisation de la
vie publique

« Pour un nouveau pacte démocratique »

Les Français demandent légitimement plus d’exemplarité, plus de transparence et plus de proximité. Des efforts ont été faits mais il faut aller plus loin pour redonner confiance. L’objectif, c’est que la République se modernise et que la France progresse en matière de transparence et de lutte contre la corruption.

Rénover la démocratie

Limiter le cumul des mandats dans le temps : trois mandats identiques successifs maximum, pour renforcer la diversité et le renouvellement des élus.

Faire respecter la parité en politique, en pénalisant davantage les formations politiques qui ne respectent leurs obligations dans ce domaine.

Améliorer le fonctionnement parlementaire pour gagner en efficacité et en qualité, notamment en révisant la procédure parlementaire et en réservant plus de temps à l’évaluation et au contrôle de l’action du Gouvernement. 

Moraliser la vie publique

Interdire aux parlementaires d’exercer des activités de conseil au cours de leur mandat, pour mettre fin aux conflits d’intérêt.

Interdire toute embauche par un élu ou un ministre d’un membre de sa famille.  

Interdire aux détenteurs d’un casier judiciaire (niveau B2) de se présenter à une élection.

Supprimer le régime spécial des retraites des parlementaires (rattachement au régime général). 

Limiter les moyens mis à disposition des anciens Premiers ministres et des anciens ministres. 

Soutenir la suppression de la réserve parlementaire si cela est proposé, afin d’éviter toute pratique clientéliste. 

Contact

* Champs obligatoires

Nous soutenir

Comité de soutien

Comité de soutien

Les membres du comité